Argentière, 12-13 mai 2001

Participants: Paule, Didier, Capitaine Georges et Philippe
Texte et photos: Philippe Quaglia
12/05: Col d'Argentière, 3550 m
13/05: Aiguille d'Argentière, 3910 m



Vue générale de l'Aiguille depuis les grands Montet

Au départ d'Argentière, c'est le dernier week-end du téléphérique, pistards et randonneurs se partagent la benne. Au sommet des grands Montets, ciel bleu et grand soleil, belle vue sur l'Aiguille d'Argentière. On voit plein de petites puces qui montent, et certaines qui descendent, sur une pente qui semble bien raide ! Descente sans problème sur le glacier, et pause casse-croûte sur un gros bloc de rocher tout chaud. Les faces Nord qui nous surplombent sont très fréquentées: tous les couloirs (Couturier, Cordier, Nord Est des Courtes) ont été skiés; dans l'austère face nord des Droites, toute gelée, s'escrime une cordée minuscule dans la raideur de glace et rocs mêlés.
Remontée vers le Refuge, puis Didier et moi poussons jusqu'au col d'Argentière (3550 m). Belle vue, belle (mais courte) descente vers le Refuge plein à craquer. Mais la bonne organisation, et le bon repas effacent les mauvais souvenirs de précédents passages. Le dortoir est plein aussi, et nous héritons d'une bande de loufiats bruyants et bordéliques.



L'Aiguille Verte est déjà caressée par le soleil alors que nous progressons encore à l'ombre


Bataille de pets nocturne, nous sommes content de partir le lendemain, l'air est clair et il fait très beau temps. Le gardien a la super pêche en servant le petit déj., la neige dehors est toute dure.
L'itinéraire de montée est évident, mais le spectacle est dans notre dos, le soleil qui peu à peu éclaire les faces Nord de la Verte, des Droites, des Courtes... La neige reste dure et nous progressons toujours à l'ombre. Un petit vent froid descend du sommet. Au dessus de la rimaye, qui est assez bien bouchée, la pente se redresse, les skis vont sur le sac, et les 300 derniers mètres de dénivellé se font en crampons, longue et lente progression.
Nous débouchons au sommet (3910 m) en même temps que le soleil. Le panorama est prenant, fantastique, qui embrasse l'Aiguille Verte, les Droites, les Courtes, la Pointe Isabelle, les Grandes et les Petites Jorasses, le mont Dolent. En arrière-plan il y a aussi les Mont Blanc et ses satellites, le Grand Paradis, le grand Combin.
Des skieurs, tout petits, descendent le Couturier sous notre oeil attentif. On observe aussi de petites cordées en face Nord des Courtes, chacun nomme les sommets et se prend en photo.



Dans la fin du glacier du milieu, la pente se redresse sérieusement

On regarde, on casse-croûte au soleil en attendant que la neige dégèle un peu. Quelques nuages commencent à se former. Les tout premiers descendent, bruit de neige béton. Savourons donc encore un peu le panorama !

Début de la descente, ça file sous les skis, ne pas louper le virage ! Après la rimaye, la pente s'adoucit, plus de stress ! Là haut soudain quelqu'un tombe et commence à glisser dans la pente, si vite déjà qu'il ne peut plus rien faire. Par hasard il évite les rochers, frôle les groupes qui montent encore, fait quelques culbutes, ralentit un peu et repart de plus belle dans la pente, passe brillamment la rimaye et s'arrête enfin. Par chance, il se relève indemne, après 250 m de dénivellé. Rassuré par cet heureux dénouement, nous finissons notre descente pour rejoindre enfin le glacier d'Argentière, si plat que les épaules souffriront longtemps d'avoir tant dû pousser sur les bâtons...

Vue d'en haut sous les skis, la pente est tout aussi raide


Vue sur le bassin d'Argentière depuis le sommet de l'Aiguille. De droite à gauche, l'Aiguille Verte, les Droites, les Courtes, la Pointe Isabelle, et à gauche le Mont Dolent. Au second plan on a aussi le Mont Blanc et les Grandes Jorasses. Au fond un peu vers la gauche le Grand Paradis et très à gauche le Grand Combin. Un des plus beau panorama que j'ai vu!

Splendide vue depuis le sommet de l'Aiguille d'Argentière

 





Retour au sommaire du site