Paris-Londres à vélo, du 20 au 31 juillet 2016



Textes et photos par Philippe Quaglia. Tous droits réservés.

Les photos sont cliquables, pour obtenir un agrandissement (attention, certains navigateurs recadrent automatiquement la photo par défaut, et vous ne verrez pas de différence).






Depuis notre précédent voyage à vélo, la roue du tandem n'a pas encore été réparée. De plus, comme nous allons devoir prendre beaucoup de trains, y compris l'Eurostar, nous décidons de partir avec chacun un Brompton. Comme j'ai le mien, nous devons en louer un pour Marielle. Pour différentes raisons, c'est vraiment au dernier moment que nous arrivons à le récupérer chez Bikes2Fold, ce qui nous donne un bon petit coup de stress au moment de partir. Enfin, nous voilà dans le train pour Paris où nous passons quelques jours avant de partir.


Mercredi 20 juillet

Paris - Conflans-Sainte-Honorine, 49 km, 330 m de dénivelé

Il fait encore bien chaud lorsque nous partons de Châtenay-Malabry, mais la météo annonce la fin prochaine de cette vague de chaleur. Nous prenons le RER pour Saint-Michel. Nous fixons nos bagages sur le porte-bagage, nous nous faisons prendre en photo devant Notre-Dame, et nous nous mettons en route à 12h pile. Nous ne prenons pas l'itinéraire officiel de l'Avenue Verte, mais un itinéraire conseillé par l'association Avenue Verte. Nous récupérons vite les quais de la Seine, agréables à rouler. Quelques petits passages dans le trafic, des bons bouts de bande cyclables, et nous voilà déjà dans le bois de Boulogne. La verdure et le calme y sont très agréables, nous faisons une petite pause repas dans une échoppe. Il pleut quelques gouttes. Nous arrivons à Puteaux avec ses maisons bourgeoises et des statues de cyclistes bien en chair, puis à Nanterre avec des immeubles étranges aux fenêtres toutes de forme différentes. De nouveau sur le bord de Seine avec de belles demeures, puis nous passons près du château de Maisons-Laffite puis dans la grande forêt de Saint-Germain-en-Laye. Nous arrivons enfin à Conflans-Sainte-Honorine. Nous avons un peu de mal pour trouver la maison de notre hôte WarmShowers de la soirée. Il est en tout cas très sympa et habite dans une belle maison dans le vieux village, toute en hauteur et en bord de Seine. Nous mangeons avec lui et ses deux enfants.




Photo souvenir devant Notre-Dame.




Un client fidèle qui attend son hot-dog.




Statue de cyclistes à Puteaux.




Statue de cyclistes à Puteaux.



Jeudi 21 juillet

Conflans-Sainte-Honorine - Gasny, 57 km, 940 m de dénivelé

Nous partons vers 8h30, en même temps que notre hôte. Nous retraversons Conflans, et nous visitons l'étonnante péniche-église «Je Sers» amarrée là. Nous longeons un peu l'Oise, puis nous arrivons vers la base nautique de Cergy. Nous passons sur la grande passerelle de «l'axe majeur» et nous remontons jusqu'à la ville nouvelle. Depuis l'esplanade, on voit la Défense au loin. La ville nouvelle, que je ne connaissais qu'au travers du film «Billy Ze Kick» semble un peu inhumaine. Nous prenons un café, et reprenons la route. Après Courdimanche, nous avons enfin le sentiment d'entrer dans la campagne, sur des petites routes ou des chemins de terre. À Théméricourt, nous nous arrêtons dans le joli parc du château, ancienne propriété du dictateur d'Haïti, Papa Doc. Plus loin, à Villarceaux, nous visitons le très beau parc d'un autre château. Puis nous atteignons Bray-et-Lu où nous rejoignons une voie verte qui nous mène en site propre (c'est une ancienne voie ferrée) jusqu'à Gasny. Nous nous installons chez nos hôtes, très sympathiques, y compris leur chien Dagobert. Le soir, longue discussion avec le patron de la pizzeria locale, infatigable conteur qui nous apprend tout sur la ville et sur le tour de France.




La belle chapelle à l'intérieur de la péniche «Je Sers».





Sur la passerelle de «l'axe majeur».




Sur la passerelle de «l'axe majeur».




Vue générale de «l'axe majeur». Au fond, on voit la Défense.




Une belle plaque émaillée pour un joli nom de village.




Agréable visite du parc du château de Villarceaux.






Agréable visite du parc du château de Villarceaux.






Agréable visite du parc du château de Villarceaux.





Vendredi 22 juillet

Gasny - Giverny - Gasny, 19 km

Le temps est toujours au beau. Nous partons assez tôt pour Giverny pour arriver à l'heure d'ouverture de la maison de Monet. Malgré ça, il y a déjà du monde quand nous arrivons. Nous visitons la maison, puis les beaux jardins, avec évidemment l'étang des nymphéas. Il y a énormément de touristes, beaucoup de japonais. L'après-midi nous visitons le musée des impressionnismes, avec une belle exposition du peintre Sorolla. Il y a beaucoup moins de monde, les touristes ne semblent pas venir ici. Nous profitons un peu du village, et nous rentrons en prenant une petite route assez calme. Pique-nique près du centre sportif (il y a trop de monde à Gasny-plage!) et retour au gîte pour une soirée lecture.




Dans la maison de Monet, vue depuis sa chambre.




Un magnifique four à bois dans la cuisine.




Le fameux étang aux nymphéas.




Ailleurs dans le parc.




Vue de l'atelier de Monet.






Une belle entrée de bistrot dans le village de Giverny.




Samedi 23 juillet

Gasny - Gisors, 31 km, 180 m de dénivelé

Petit-déjeuner en terrasse sous le ciel déjà bleu. Nous prenons congé de nos hôtes et de Dagobert, et repartons sur la voie verte empruntée il y a 2 jours. Petite étape aujourd'hui, nous prenons notre temps pour voir de beaux châteaux et profiter des magnifiques arbres qui bordent la voie. Après un pique-nique en bordure de la voie verte, nous arrivons à Gisors chez l'oncle de Marielle en milieu d'après-midi. Il habite un bel appartement en hauteur, la vue est belle. Après une petite douche, nous regardons à la télé l'arrivée de l'étape du tour de France (sous la pluie) puis nous allons visiter Gisors (château, église, une galerie d'exposition). Repas dans un restaurant italien sympathique et bon (côté au Gault et Millau!) et retour pour une bonne nuit très calme.




Nous prenons congé de Dagobert.





De beaux passages le long de la voie verte.




Des platanes d'un diamètre impressionnant.



Dimanche 24 juillet

Gisors - Forges-les-Eaux, 63 km, 715 m de dénivelé

Nouveau petit-déjeuner en terrasse sous le beau temps. Nous partons vers 10h pour une étape qui s'annonce un peu longue. Effectivement, le trajet est assez vallonné, et presque uniquement sur route. Il y a de belles demeures. À Amécourt, une belle petite chapelle sur le bord de la route attire notre regard, une dame qui est en train d'y faire le ménage nous la fait visiter et nous raconte son histoire. Plus loin, nous sommes surpris par la taille imposante de l'abbatiale à Saint-Germer-de-Fly. Seule la chapelle peut être visitée, mais elle est déjà assez impressionnante. Peu après, nous avons la bonne surprise de trouver une voie verte (encore une ancienne voie ferrée) qui nous mène à Gournay-en-Bray. Nous retrouvons alors de petites routes, avec toujours des beaux villages mais aussi des côteaux avec de bonnes pentes. Nous arrivons enfin à Forges-les-Eaux, un peu fatigués. La chambre de l'hôtel est belle, mais donne sur une route un peu bruyante. Visite rapide de la ville, courses, et retour à l'hôtel où nous regardons l'arrivée du tour de France sur les Champs-Élysées.




Visite de la chapelle Sainte-Anne.





Dans la chapelle de l'abbatiale à Saint-Germer-de-Fly.




Vue de l'abbatiale (à gauche) et sa chapelle (à droite).




Dans la chapelle de l'abbatiale à Saint-Germer-de-Fly.





Lundi 25 juillet

Forges-les-Eaux - Dieppe, 59 km, 470 m de dénivelé

Temps couvert le matin, il a même un peu plu pendant la nuit. Pour la première fois, nous partons en portant une petite veste. Nous rejoignons une belle voie verte sur laquelle nous progressons rapidement dans une végétation luxuriante. Il y a plein de lapins avec leurs petits. Petit tour dans Neufchâtel-en-Bray, puis vers l'impressionnant château de Mesnières-en-Bray, qui malheureusement est fermé à la visite ce jour. Pause repas à Saint-Vaast-d'Équiqueville, avec une longue pause sur l'herbe. Ensuite nous longeons de beaux étangs, la voie verte commence à être pas mal fréquentée par des familles. Hélas, la voie verte se termine, et les 8 derniers kilomètres pour rejoindre Dieppe se font sur une route à fort trafic sans aucun aménagement pour les cycles, sans doute la pire portion de tout le trajet. Nous sommes heureux d'arriver à notre hôtel. Pourtant, l'accueil n'y est pas du tout sympathique, et il n'y a aucun local pour les vélos, nous devons les monter dans la chambre par l'étroit escalier. Nous faisons un tour en ville, il y a une belle lumière. Repas moules-frites puis gaufre en bord de mer, et au lit.




Devant le château de Mesnières-en-Bray.




Pendant la pause, les Bromptons à l'ombre.




Belles lumières à Dieppe.




Belles lumières à Dieppe.



Mardi 26 juillet

Grasse matinée le matin, visite du tout petit marché. Nous retournons à la mer, la marée est basse. Marielle marche dans l'eau, je n'ai pas envie d'aller au bout de la plage, j'ai l'impression que la marée va remonter et nous coincer. Ensuite nous allons au château d'où l'on a une belle vue en hauteur sur la ville, et nous nous promenons. Il fait bon, mais près de la mer il y a du vent. Pique-nique sur la plage et sieste à l'hôtel. Nous retournons à la plage pour une baignade pour les plus courageux(ses). Balade, coucher de soleil.



Mercredi 27 juillet

Dieppe - Seaford, 11 km

Nous rangeons nos affaires puis nous allons prendre le petit-déjeuner sur la plage. Nous vidons la chambre, dernier café, puis en route pour l'embarcadère. Le temps est gris, il n'y a pas trop de monde. Les Bromptons sont enregistrés comme des bagages (pour les vélos, il faut payer 10 ¤), nous ne sommes pas les seuls à en avoir. La traversée se déroule sans problème, la mer est calme, le temps est un peu gris. Arrivés à Newhaven, nous attendons nos bagages bien longtemps, les passagers en voiture sont déjà tous partis quand nous les recevons. Nous suivons alors une piste cyclable en site propre, le long d'une route à fort trafic, jusqu'à Seaford. Nous avons de la difficulté à traverser la route pour rejoindre notre AirBnb. Nos hôtes sont sympathiques, la maison est très calme. Nous ressortons en ville en vélo, pour visiter et prendre un fish and chips sur la plage. La lumière est belle, nous rentrons ensuite profiter du calme de la soirée.




Bord de mer à Seaford.




Bord de mer à Seaford.



Jeudi 28 juillet

Brighton - Seaford, 24 km, 500 m de dénivelé

Beau temps le matin, nous prenons le petit déjeuner que nous préparent nos hôtes. Nous descendons au bord de la route en vélo, puis nous les plions pour prendre le bus pour Brighton. Sur la plage, le vent est assez fort, il y a un peu de monde, mais pas beaucoup dans l'eau. Marielle se baigne. Des nuages arrivent, nous allons en ville pour manger dans les Lanes, il y a beaucoup de monde. Nous nous baladons dans le Royal Pavillon Garden, puis nous flânons dans une grande librairie. Il pleut quand nous ressortons. Nous prenons le chemin du retour, à vélo, par la piste cyclable d'abord sur la jetée, puis sous les falaises. C'est joli, mais un peu trop bétonné. Il pleut faiblement, il y a des vagues, cela donne une belle ambiance. L'arrivée sur Newhaven est un peu longue, avec un chemin quasi impraticable peu avant le port, où nous marchons pour ne pas abîmer nos vélos. Ce sera le seul passage où nous devons faire ça. Le temps reste au gris, aussi nous mangeons notre pique-nique dans la cuisine de nos hôtes. Soirée tranquille.




En attendant le bus pour Brighton.




Au retour, sur la jetée bétonnée sous les falaises de craie.



Vendredi 29 juillet

Seaford - Rotherfield, 57 km, 820 m de dénivelé

Il pleut et il vente quand nous nous levons. Cependant, le temps s'améliore pendant que nous prenons notre petit déjeuner, et nous partons vers 9h30 sous un temps correct. Nous longeons la plage, puis nous prenons un petit chemin en terre vers l'estuaire de la rivière Cuckmere qui est de toute beauté. C'est une petite variante de l'itinéraire officiel qui sinon passe sur la grosse route, nous la recommandons. Le chemin se poursuit ensuite par des petites routes agréables jusqu'à Polegate. Le temps s'améliore, il commence à y avoir du soleil. Nous atteignons alors la Cuckoo Trail, une ancienne voie ferrée très agréable dans la verdure. Courses à Hailsham, et casse-croûte sur la voie verte. Arrivés à Heathfield, pause goûter dans un café pour nous reposer. Ensuite, la route est très vallonnée, avec de fortes pentes, pas très agréable car parfois très étroite et avec de la circulation. Nous voyons une biche curieuse qui reste un moment pour nous observer. Nous arrivons un peu fatigués à Rotherfield, dans une grande maison. Repas dans un pub à 15 mn à pied de la maison.




Vers l'estuaire de la rivière Cuckmere.




Joli petit pont sur la Cuckmere.




Sur la Cuckoo Trail.




Samedi 30 juillet

Rotherfield - Horley, 51 km, 570 m de dénivelé

Après un bon petit déjeuner chez notre hôte, nous démarrons directement par une bonne côte. Après deux autres bonne côtes, nous atteignons une nouvelle voie verte, toujours sur une ancienne voie ferrée, la «Forest Way». À Eridge, un train à vapeur est en gare, prêt au départ. Beau trajet dans la forêt, même si le revêtement du sol n'est pas très bon. Il se met à pleuvoir, nous nous abritons un peu, puis repartons avec nos protections. Heureusement, ça ne dure pas très longtemps, et nous pouvons les quitter après une grosse demi-heure. Nous sortons de la voie verte à Forest Row, et nous mangeons dans un petit restaurant où nous prenons un client charismatique pour David Gilmour. Vérification faite plus tard, ce n'était pas lui... Nous reprenons la Forest Way, il y a de très beaux arbres. La traversée de Crowley par la route 20 est très agréable. Nous longeons le bout des pistes de Gatwick, séance photo avec les avions en approche finale. Il y a toujours des arbres et des étangs. À Horley nous achetons un peu d'huile pour les chaînes des vélos, qui commencent à souffrir. Le vendeur nous indique où trouver un B&B. La première Guest House que nous essayons a une chambre, nous nous y installons. Nous apprenons par les news qu'à Londres ce week-end il y a la «London Ride», avec entre autres le championnat du Monde de Brompton, et pleins d'autres évènements.




Sur la Forest Way.




En bout de piste à Gatwick.



Dimanche 31 juillet

Horley - Londres, 56 km, 680 m de dénivelé

Beau temps ce matin, nous partons après avoir profité du petit déjeuner de l'hôtel. Nous retrouvons vite la véloroute, et nous sommes assez étonnés d'être de nouveau à la campagne. Certaines parties du chemin sont même en terre. Nous longeons une «attraction» constituée d'un grand champ de lavande en fleurs. Il y a foule, des piétons et des voitures partout. Bizarrement, il y a une cabine téléphonique au milieu du champ, pour donner une touche anglaise. Nous traversons un énorme échangeur autoroutier, par-dessous puis par-dessus, puis une côte très raide nous amène à un beau point de vue sur le trajet que nous venons de parcourir. Nous discutons avec 2 anglais sympathiques, nous les retrouvons un peu plus tard, sur une belle prairie un peu en hauteur. Ils nous montrent «The Shard» qui pointe à l'horizon. Nous faisons quelques courses, puis notre dernier pique-nique dans un champ. Ensuite, nous rejoignons la rivière Wankle, que nous suivons assez longtemps à travers différents parcs. C'est très calme et bien balisé. Pause café, puis nous entrons dans la dernière partie du parcours, en ville. Grâce au London Ride, nous traversons la Tamise sur Chelsea Bridge fermé aux automobiles. C'est vraiment une super chance ! Nous passons juste à côté de notre AirBnb, mais nous continuons jusqu'à Westminster pour la photo finale. Puis demi-tour pour retourner à notre AirBnb, voilà, le chemin est fini. Nous sommes très bien accueillis, l'appartement est joli, et nos hôtes ont un «short legged jack russell» très gentil.




Devant le panneau «Londres 46 km, Paris 458 km».




Toujours de beaux passages en forêt.




Un beau point de vue sur le trajet que l'on vient de parcourir.




Beau ciel le long d'une belle prairie sur un petit plateau.




Un étrange champ de lavande en fleurs, et sa cabine téléphonique...




Chelsea Bridge sans voiture .




Photo souvenir devant BigBen.




Les jours suivants...

Nous avons profité de Londres quelques jours, où nous avons retrouvé nos amis Maéva et Nicolas et les enfants. Au retour, les quelques km à travers Londres pour rejoindre la gare de Saint-Pancrace n'ont pas été de tout repos, la circulation est dense, et les bus et taxis avec qui les vélos partagent la chaussée ne font pas de cadeaux. Ensuite, l'Eurostar et le TGV nous ont ramenés à la maison, les Bromptons sont passés sans problème comme bagage, puis nous ont permis de faire les derniers kilomètres entre la gare de Genève et la maison...

See full screen

Vue générale du trajet. Vous pouvez cliquer ici pour afficher la carte en plein écran.Pour voir les trajets jour par jour, vous pouvez cliquer dans l'onglet «layers» dans la colonne de gauche, puis cliquer sur la petite loupe pour chacun des jours, comme sur l'image ci-dessous.



Retour au sommaire du site