En tandem de Genève à Grenoble les 5 et 6 mai 2016



Textes et photos par Philippe Quaglia. Tous droits réservés.

Les photos sont cliquables, pour obtenir un agrandissement (attention, certains navigateurs recadrent automatiquement la photo par défaut, et vous ne verrez pas de différence).





Cela faisait déjà un petit moment que nous avions envie d'aller voir nos amis Maéva et Nicolas à Grenoble en tandem. En effet, le trajet en train est très beau, le long du Rhône puis du lac du Bourget, et il était tentant de le faire à vélo, plus précisemment en tandem. Le long week-end de l'ascension était une occasion idéale, nous avons prévu 2 jours pour le trajet puis 2 jours à Grenoble avec un retour en train TER (qui accepte les vélos et le tandem pliable). Enfin, cerise sur le gateau, les prévisions météo sont excellentes pour ce week-end, chose très rare en ce printemps maussade. Nous voilà donc décidés, je prépare le tracé, d'abord sur la ViaRhona jusqu'au lac du Bourget, puis le long du lac jusqu'à Aix, en piste cyclable jusqu'à Chambéry, puis par des petites routes jusqu'à Grenoble. Nous n'avons jusqu'alors jamais fait de «grande» distance en journée sur notre tandem (notre maximum est d'environ 65 km), et nous nous demandons si nous y arriverons.

Jeudi 5 mai

Nous avons limité pas mal notre chargement, avec une demi-sacoche par personne et quelques outils. Nous n'avons pas pris la housse du tandem, nous espérons ne pas avoir de problème dans le TER. Il fait magnifique quand nous partons de la maison le matin, sur nos itinéraires familiers. Passé Meyrin, nous voilà sur des itinéraires que nous fréquentons moins, mais qui sont magnifiques et bien équipés en pistes et bandes cyclables. Nous atteignons assez vite le Rhône et nous remontons vers Avully. Le parcours se poursuit à travers de magnifiques paysages. Une seconde montée, en forêt, nous amène en Haute-Savoie au village de Valleiry. Une piste cyclable assez récente nous permet d'éviter la grande route, et nous commençons à contourner la montagne de Vuache pour arriver au défilé de l'écluse. La vue sur le fort est très belle, et nous avons un dernier regard sur le bassin Genevois avant de basculer dans un nouveau paysage, dominé par la montagne du Retord et la vallée du Rhône. Nous avançons vite, nous faisons une pause avant midi dans une bonne boulangerie un peu après Clarafond. Ensuite nous attaquons une belle descente, dans un paysage toujours superbe, pour rejoindre Seyssel, où nous faisons une seconde pause. Nous voilà de nouveau sur une piste cyclable agréable. Nous devons cependant rejoindre une route pour traverser le Fier, route sur laquelle nous restons jusqu'à Serrière-en-Chautagne. Là, la Viarhona part dans la forêt pour un bel itinéraire ombragé sans voiture. Juste avant de passer sous la voie ferrée qui traverse le Rhône pour rejoindre Culoz, nous faisons une halte au bord du lac bleu, que l'on voit bien du train. Le paysage est paisible et estival, des pécheurs attrapent de gros poissons qu'ils relâchent ensuite. Quelques kilomètres encore et nous entrons dans Chanaz où nous avons réservé une nuit dans un gîte. Le GPS indique que nous avons fait 81 km, mais il n'est que 14h30, c'est bien plus tôt que nous ne pensions arriver. Nous en profitons pour visiter la ville, agréable mais fort touristique. Il y a un joli moulin à huile de noix et noisette, l'odeur à l'intérieur est réjouissante. Nous marchons un peu le long du canal de Savière jusqu'au Rhône avec lequel il communique par une écluse, qui n'est plus empruntée que par des bateaux touristiques. Pourtant il y a 200 ans, il y avait 4 liaisons quotidiennes entre Aix-les-Bains et Lyon en bateau vapeur qui passaient ici ! Le soir, les jambes tirent un peu, mais ça va, agréable soirée à table avec d'autres personnes qui marchent sur le chemin de Saint-Jacques et notre sympathique hôtesse.
La trace de la journée.



Un peu avant Chancy, sur le bord de la route est exposé cette
ancienne aube de l'usine hydroélectrique proche.




Au fond, le défilé de l'Écluse, notre premier objectif.




A Chanaz, dans le moulin à huile.





Vue générale sur le village de Chanaz.




L'écluse entre le Rhône et le canal de Savière.



Vendredi 6 mai

Aujourd'hui la route doit être plus longue qu'hier, mais normalement avec moins de dénivelé. Par contre l'itinéraire est un peu moins clair, je ne suis pas confiant dans l'itinéraire que j'ai prévu, en particulier entre Chambéry et Grenoble. Au nord du lac du Bourget, l'itinéraire passe forcément par la route du bord du lac, avec pas mal de trafic et aucun aménagement. Le temps est toujours splendide lorsque nous partons de Chanaz vers 9h. Nous longeons le canal de Savière en direction du lac du Bourget. Il chemine dans des forêts humides, et dans un beau paysage montagneux, c'est super. Nous rejoignons alors la route de bord du lac, c'est le passage pas agréable du trajet. En effet, la route est étroite et passante, et sans aucun aménagement cyclable. Du coup, nous ne profitons pas beaucoup des beaux points de vue sur le lac et l'abbaye de Hautecombe en face. Arrivés à Brison-Saint-Innocent, nous pouvons nous échapper de cette route, et nous passons dans de petite voies dans le village, avec quelques montées bien raides ! Nous utilisons une piste cyclable à peine finie, mais courte de quelques centaines de mètres à peine. Nous arrivons alors au bord du lac à Aix, sur la superbe piste cyclable qui mène jusqu'à Chambéry. La piste est en bord de lac, avec de très belles vues. Dommage que l'eau soit encore trop froide pour se baigner. Il y a pas mal de monde à pied ou à vélo, il faut être attentif. Nous faisons quelques pauses pour profiter des lieux. Nous quittons le lac mais la piste nous emmène jusqu'au centre de Chambéry en traversant la rivière La Leysse une bonne demi-douzaine de fois ! A Chambéry nous faisons une pause plus longue que prévu pour renouveler un abonnement à la gare, puis une pause repas dans un joli square, juste à coté de la maison de la mobilité. Là j'essaie de me renseigner sur le meilleur itinéraire pour aller à Grenoble, mais les personnes ne semblent pas très au courant. Nous repartons donc en suivant l'itinéraire que j'avais prévu, par la véloroute sud, qui part en direction de Montmélian. La véloroute là encore joue à saute-moutons avec la rivière (l'Albarine cette fois), le paysage change doucement, et nous commençons à voir le massif de Belledonne, tout enneigé, qui resplendit sous le soleil. Nous avons un petit problème technique avec la chaîne, heureusement assez vite résolu. Au moment où nous faisons un petit point pour vérifier la suite de l'itinéraire, 3 cyclo-sportifs arrivent et nous demandent s'ils peuvent nous renseigner. Ils nous conseillent de les suivre, ce que nous faisons. À notre surprise (et un peu à la leur je crois), nous arrivons à nous caler sur leur rythme, et nous enchaînons ainsi une bonne vingtaine de kilomètres sur des petites routes sur les coteaux au-dessus de la plaine de l'Isère. La vue sur Belledonne et la vallée est magnifique. Nous discutons un peu, ce trajet en compagnie est très agréable. Nous nous quittons à La Flachère, où nous en profitons pour faire une pause terrasse. Nous ne sommes plus sur l'itinéraire que j'avais prévu dans le GPS, nous continuons un peu sur le coteau, jusqu'au Touvet. Nous visitons un peu le village car Marielle veut voir si elle reconnaît une maison où elle allait dans son enfance. Pour éviter les grosses routes, nous descendons dans la plaine, pour rattraper l'itinéraire que j'avais prévu. Là, il n'y a plus d'ombre et la chaleur est un peu pénible, et il y a même un petit vent de face qui nous freine un peu. Nous commençons à fatiguer un peu, et l'itinéraire nous semble un peu tortueux. Nous faisons une dernière pause à l'ombre juste en dessous du beau château de Crolles. Encore quelques routes agricoles puis nous rattrapons la piste cyclable le long de l'Isère dans le «bois français». La piste est bien agréable et ombragée. Après quelques kilomètres, nous rentrons dans Meylan puis nous arrivons chez nos amis à La Tronche. Je me rends compte alors qu'un rayon vient de se casser sur la roue arrière, je pensais ce problème résolu, mais hélas ce n'est pas le cas. C'est la fin de ce beau trajet, nous avons fait 108 km aujourd'hui. Et finalement, nous avons quand même fait un peu plus de dénivelé qu'hier. Nous sommes bien contents de nous poser, de prendre une douche, et d'avoir deux jours devant nous à partager avec des amis...

La trace de la journée.



Reflets dans le canal.




Dernier pont sur le canal de Savière avant le lac.




Pause sur un ponton au bord du lac. Au fond, la dent du chat.








Tout au sud du lac, magnifique perspective.








Sur la piste cyclable après Chambéry, Belledonne apparaît.




Dernière pause, près du beau chateau de Crolles, sous la Chartreuse.



Dimanche 8 mai

Le week-end est passé trop vite, nous remontons déjà sur le tandem pour rejoindre la gare de Grenoble-Université et suivant plus ou moins l'itinéraire du tram. La gare est bien faite pour accueillir les vélos, avec des goulottes métalliques le long des escaliers ce qui permet d'utiliser les passages sous voie sans avoir à plier le tandem ou enlever les sacoches. Nous devons changer à Chambéry, mais hélas la gare n'est pas équipée de ce dispositif, nous devons donc porter le tandem dans les escaliers. Le train est par contre équipé d'un vrai fourgon vélo, bien pratique pour le tandem (sauf les hautes marches pour monter à bord...). A Genève les sorties des quais ont toutes une large rampe très pratique pour les vélos. Il ne nous reste plus que quelques kilomètres à pédaler (principalement en montée) pour rejoindre la maison.


Vue générale des trajets, représentés en vert pour le premier jour et en bleu pour le second jour. Vous pouvez cliquer ici pour afficher la carte en plein écran.



Retour au sommaire du site