Raid en Vanoise, du 14 au 19 avril 2007

Sortie avec le CAF Pays de Gex, encadrée par Alain, avec Barbara, Nathalie, Bruno, Paul-Louis, Robert, Jean-Claude, Henri et moi.

Textes, photos et assemblages des panoramiques par Philippe Quaglia. Tous droits réservés.

Les photos sont cliquables, pour obtenir un agrandissement (attention, certains navigateurs recadrent automatiquement la photo par défaut, et vous ne verrez pas de différence). Mais attention au temps de chargement, notamment pour les panoramiques !

Les photos prises par Alain sont disponibles ici et celles de Henri .

Samedi 14 avril 2007, de Prevessin au refuge de Peclet Polset (2350 m) depuis Pralognan en Vanoise (1450 m).

Départ de Prevessin à 6h30, en route pour Pralognan la Vanoise, environ 2h30 de route. Café et croissants à Pralognan, puis départ en ski directement du village car la route est fermée plus loin. On atteind assez vite le refuge privé du Roc de la Poche où nous prenons une petite soupe chaude. Départ le ventre plein pour le refuge de Peclet Polset. Le temps est assez couvert, mais ça tombe bien car la montée est plate et longue, et les pieds chauffent.

Départ de Pralognan sous un ciel gris, dans un décor d'aiguilles et de rocs noirs.



Petite interruption de la trajectoire...


Le refuge de Peclet Polset a récemment été refait, après avoir brulé deux fois de suite.




Avant d'arriver au refuge du Roc de la Pèche, un petit ravin d'une trentaine de mètre de profondeur oblige à un peu de gymnastique afin de mieux savourer la soupe chaude.




Dimanche 15 avril 2007, Aiguille de Peclet (3505 m) en aller-retour depuis le refuge de Peclet Polset (2350 m).

Départ vers 7h00, sous un ciel dégagé. L'itinéraire est assez évident, avec quelques petits passages un peu plus raides. Le glacier est très peu crevassé, un dernier petit raidillon conduit rapidement vers le sommet. En fait, il faut quitter les skis et gravir un petit passage en mixte pour atteindre le vrai sommet de l'aiguille. Seul les plus courageux font ce dernier effort. Comme ce sera souvent le cas pendant ce tour, la neige est très agréable a skier, et nous apprécions énormément cette première descente. D'ailleurs, la plupart d'entre nous choisissent de descendre le glacier plus que nécessaire, pour profiter au maximum de cette belle pente. Nous rechaussons donc les peaux pour passer le col du Soufre afin de rejoindre le refuge.

Départ au petit matin sous un ciel clair.



Quelques nuages s'accrochent aux sommets proches, mais le soleil donne de beaux contrastes.


Petite pause sous les premiers rayons du soleil, sous une face en rochers jaunes.


Ligne parfaite dans la montée.


Vue en direction du nord est depuis quelques mètres en dessous de l'aiguille.



Avant d'arriver au refuge du Roc de la Pèche, un petit ravin d'une trentaine de mètre de profondeur oblige à un peu de gymnastique afin de mieux savourer la soupe chaude.






Panorama de la belle descente.





Au refuge, Barbara et Paul Louis qui ont écourté la descente en ont profité pour s'installer confortablement.




Départ du refuge de Peclet Polset, alors que aiguille est déjà au soleil.






En arrivant au pied du couloir.




Lundi 16 avril 2007, refuge de Peclet Polset (2350 m), brèche de la Croix de la Rue, 3020 m (variante bèche Alain) et refuge de la Dent Parrachée (2511 m).

Départ du refuge vers 7h00 (comme tous les autres jours, donc on ne le redira pas). Cheminement facile jusqu'au pied du couloir qui vue d'en bas nous paraît bien raide. Alain part en reconnaissance pendant que le reste du groupe sort ses crampons. Nous faisons une petite cordée pour la partie basse du couloir. La remontée se fait lentement mais sûrement, et nous faisons jonction avec la corde fixe qu'Alain a installée depuis le col. D'en haut, nous nous disons que nous nous nous nous sommes trompés de couloir. On baptise donc ce passage « la brèche Alain ». Le début de la descente très agréable, mais sur la fin la neige est complètement pourrie et c'est avec satisfaction que nous regagnons le refuge.

Robert à l'attaque du couloir.



La sortie est en haut au centre.


En dessous, Robert et Bruno, concentrés.



En dessous, Robert et Bruno, concentrés.


En dessous, Robert et Bruno, concentrés.



Au col, le soleil est apprécié.


Pause un peu convenue à l'arrivée au col. Derrière, l'aiguille de Polset.



Qui donc arrive ?


Robert, pas faché d'arriver au col.




Depuis le col, vue en direction du refuge de la Dent Parrachée.






Du même point, vue à plus de 180° en direction de Peclet Polset. Sur l'image agrandie (si vous cliquez), vous pouvez trouver le refuge de Peclet-Polset.





Et voilà encore quelqu'un.


Au refuge, le repos du skieur.




Panorama depuis le refuge.




Le lendemain, départ au petit jour alors que les sommets s'illuminent.




Mardi 17 avril 2007, refuge de la Dent Parrachée (2511 m) au refuge de l'Arpont (2320 m) par le col de l'Abby (3328 m) et le passage de Rosoire (3479 m en aller retour).

Le temps est toujours magnifique, nous faisons la montée avec un petit groupe d'autres randonneurs. À l'arrivée au col nous débouchons au soleil. Un petit groupe continu vers la brèche de Rosoire pour profiter d'une descente un peu plus longue. La descente est très belle et très agréable. Le soir, le gardien se révèle être un conteur extraordinaire, et la soirée est mémorable.

Arrivée au col de l'Abby.












Petite pause dans la descente.



En montant au col de l'Abby.




En direction du passage de Rosoire, Barbara se dédouble.






Panorama depuis le passage de Rosoire, en direction de l'aiguille de Polset.




Dans la belle descente, pause dans une combe sous la Dent Parrachée.




Mercredi 18 avril 2007, refuge de l'Arpont (2320 m) au refuge de la Vanoise (2530 m), en passant par les Dômes de l'Arpont (3599 m), des Nants (3570 m) et de Chasseforêt (3586 m).

Belle montée jusqu'au col de l'Arpont, puis montée au Dôme où nous savourons un beau panorama. Ensuite, "ballade" de dômes en dôme. On trouve même de la poudreuse dans la face nord du dôme de Chasseforêt, mais malheureusement, nous ne la descendons pas jusqu'en bas. On ne verra que trop tard que ça aurai été possible. Ensuite, le cheminement est assez long, de petites descentes en faux plats, avec même un petit col qui oblige à remettre les peaux. La descente sur le refuge de la Vanoise est bien plaisante en neige transformée.

Esthétique des lignes.














Esthétique des lignes.




Panorama à 360° ou presque depuis le dôme de l'Arpont (cliquez pour agrandir).





Dôme de l'Arpont, les photographes à l'action.


Dôme de l'Arpont, les photographes à l'action, bis.



Entre Nant et Chasseforêt...


En remontant au col du Dard, derrière nous, les glaciers de la Vanoise.




Depuis le dôme de Chasseforêt.






Entre dômes, sur les glaciers de la Vanoise.




Jeudi 19 avril 2007, la "cerise sur le gateau": Refuge de la Vanoise (2530 m) à Champagny en Vanoise, par le col de la Grande Casse (3095 m).

La montée comporte un premier petit raidillon, en neige un peu dure, puis on atteint vite la base du col ou la pente se redresse un peu et la neige est toujours très dure. Par contre, l'arrivée au col est magnifique, au soleil et sous l'impressionnante face nord de la grande Casse. La descente est vraiment splendide, neige très agréable, soleil, et panorama splendide. C'est tout à fait la « cerise sur le gâteau » qui nous avait été promise par les gardiens de refuges. C'est un peu avec regret que l'on atteint le fond de la vallée, mais en même temps, on apprécie vraiment les premières fleurs, l'odeur de la Terre chauffée par le soleil et toutes les traces du printemps qui arrive après avoir passé tout ses jours dans un univers de neige et de glace. Il ne nous reste plus qu'à rentrer dans le pays de Gex...

Un peu en dessous du col de la grande Casse.



Retour dans la vallée.



Montée au col de la grande Casse, encore dans l'ombre.






Dernière conversion avant le col.






De l'autre coté du col, la face nord de la grande Casse, départ du couloir des Italiens.






Plus tard dans la descente, vue du col de grande Casse. A gauche, la petite face nord de la grande Casse.






Encore plus bas, vue générale de l'impressionnante face nord.






Le panorama permet de découvrir le mont Pourri et le dome de la Sache, et, au loin, le Mont Blanc.






Fin de la descente.







Retour au sommaire du site