Balade à vélo dans le Jura, 2 décembre 2017



Textes et photos par Philippe Quaglia. Tous droits réservés.

Les photos sont cliquables, pour obtenir un agrandissement (attention, certains navigateurs recadrent automatiquement la photo par défaut, et vous ne verrez pas de différence).



Samedi 2 décembre 2017

Après pas mal de recherches, j'ai acheté la semaine dernière un vélo à ma taille pour faire du cyclotourisme, en remplacement du Trek trop petit dont j'avais hérité. J'ai choisi un modèle mi-route mi-VTT, un magnifique Kona Sutra LTD . J'ai déjà fait quelques sorties avec dans les chemins alentours, mais ce samedi matin je veux profiter de la matinée pour aller faire un petit tour dans le Jura. Les hauteurs sont bien enneigées, et il souffle une petite bise bien rafraichissante, mais je suis motivé et bien couvert, alors ça va.
Je pars en direction de Cessy, en suivant l'itinéraire de ma précédente balade en sens inverse. Les paysages sont rapidement enneigés, j'ai un peu trop chaud dans ma grosse veste, et j'aimerai bien lever un peu ma selle, mais voilà, je suis parti un peu trop vite, sans outil, sans eau et sans rechange. Bon, je ferai mieux la prochaine fois.
Au-dessus de Cessy, je suis rapidement sur les routes forestières qui sont enneigées mais avec des traces de voitures. Les gros pneus du vélo sont surprenants, je roule vraiment bien, quasiment sans glisser sur la neige tassée. Le paysage est superbe, la bise est bloquée par les arbres, c'est le bonheur. Je roule un grand sourire aux lèvres.
À une bifurcation, je m'engage dans un chemin (Le chemin Neuf) où la neige est complètement vierge. La neige est bien épaisse, et je n'arrive pas à monter. Je pousse donc le vélo, espérant que le chemin soit plus facile ensuite, mais je renonce après quelques centaines de mètres. La neige est assez épaisse pour que le vélo tienne debout tout seul ! La vue sur les crètes est superbe, et la descente en roulant dans la poudreuse est fantastique ! Je suis déçu de retrouver le chemin avec ses traces, mais au moins ça me permet de repartir à la montée en roulant sur quelques km.
À un moment je trouve un chemin qui descend très raide sur la gauche, sans trace. Je décide de le prendre, c'est très drôle car je glisse plus que je roule, les deux mains sur les freins. Cependant, après une centaine de mètres, plus de chemin, plus que des pentes bien raides et pleines d'arbres, je ne sais plus où passer. Du coup, je remonte à la route forestière en poussant le vélo, et en tombant 2 ou 3 fois en glissant.
J'attaque le chemin du retour, toujours en profitant le plus possible de la neige fraiche et du paysage merveilleux. Dans une virage en épingle, un sentier assez large et sans trace me fait de l'oeil. Allez, hop, je m'y lance. Après 2 km environ, il se transforme en un single trail, j'hésite puis je décide de continuer. C'est super, mais assez empierré (pierres cachées sous la neige), je suis secoué comme un prunier jusqu'en bas où je retrouve du bitume.
Il ne me reste plus qu'à rentrer, je roule vite pour me réchauffer et pour ne pas arriver trop tard, j'ai les pieds gelé car mes chaussures et bas de pantalons sont remplis de neige. De retour à la maison, je me rends compte que je ne suis parti qu'un peu plus de 2h45, et pourtant, j'ai l'impression d'avoir vécu une vraie aventure. Le GPS me dira que je n'ai fait que 35 km et 730 m de dénivellée, mais pourtant, je suis vraiment parti dans un autre monde.



Au-dessus de Cessy.




Les premiers km sur la route enneigée.




Sur le chemin neuf, le vélo tient tout seul dans la neige.






La vue sur les crêtes du Jura est magnifique.




Et la descente va être magique.




Le large sentier se transforme en single-trail.





Un dernier coup d'oeil sur le Pays-de-Gex avant de descendre.




À Ornex de beau chevaux cherchent la compagnie.


Vue générale du trajet. Vous pouvez cliquer ici pour afficher la carte en plein écran. Dans la colonne de gauche, un menu apparait si vous cliquez sur «more», qui permet entre autre de changer de fond de carte (troisième bouton en partant de la fin). N'hésitez pas à essayer, c'est très intéressant, et montre la puissance de la cartographie libre.



Retour au sommaire du site