Promenade panoramique dans le sud Lybien, Noël 2003, région de l'Akakus

Randonnée à pied, avec portage par chameaux, organisée par l'agence lyonnaise ARVEL.

Participants: Marielle et Philippe, Michèle et Jean Paul, et évidemment, nos guides Lybiens.

Merci de demander l'autorisation pour toute utilisation des photos.

Les photos sont cliquables, pour obtenir un agrandissement. Mais attention au temps de chargement, notamment pour le panoramique !

Photos prises avec un appareil très bas de gamme, aux couleurs dérivant franchement sur les bords, ce qui explique bien des problèmes d'assemblage des photos...
Etant donnée cette mauvaise qualité des photos d'origine, les panoramiques n'ont pas été retouchés pour supprimer les images fantômes.




Le premier matin dans le désert, au réveil. Les dromadaires savourent leur dernier repas avant 8 jours.






Pause déjeuner, à l'ombre d'un acacias.






Dans le massif de l'Akakus, entre rochers et sables, un paysage toujours changeant.






Dans le massif de l'Akakus, entre rochers et sables, un paysage toujours changeant.






Vue à 360° ou presque depuis un petit sommet rocheux.






La lente évolution à pied permet d'apprécier la majesté du paysage.






Dans le massif de l'Akakus, entre rochers et sables, un paysage toujours changeant.




Vue à 360°, voir un peu plus.






360° depuis un petit piton. Au loin passe une piste.






Dans le massif de l'Akakus, entre rochers et sables, un paysage toujours changeant.






Notre guide Lybien, dont j'ai malheureusement oublié le nom.






La roche laisse peu à peu la place au sable.






Toujours plus de sable.






Toujours plus de sable.






Descente depuis le plateau rocheux vers la plaine sableuse.






Dans le lit d'un oued.






Toujours dans l'oued, de petites plantes subsistent.






Dans le massif de l'Akakus, entre rochers et sables, un paysage toujours changeant.






Dans le massif de l'Akakus, entre rochers et sables, un paysage toujours changeant.




Dans le massif de l'Akakus, entre rochers et sables, un paysage toujours changeant.




Le plateau parfois est constitué d'une roche carrément noire, qui contraste avec la couleur du sable.






Les dromadaires évitent ce sol qui leur blesse les pieds.






Depuis le bord du plateau rocheux, vue à 300°.





Les dromadaires restent en bas du plateau, où le sol sableux leur convient mieux.






Pause admiration, parmi des millions d'autres...






Le dernier bivouac (les 4x4 sont venus nous récupérer).




Lors du retour vers Ghat, traversée de paysages de dunes.