Raid en Oberland, 24-28 avril 2004

Raid du CAF de Nice, organisé par Marc. Chefs de course: Marc et Jean Claude. Participants: Catherine, Cecile, Maïca, Bernard, Claude, Luc et Philippe
Texte, photos et assemblages des panoramiques par Philippe Quaglia.

Les photos sont cliquables, pour obtenir un agrandissement. Mais attention au temps de chargement, notamment pour les panoramiques !


Samedi 24 avril, sur la route, de Nice à Brigue.

Sur la route par un bel après midi ensoleillé, nous traversons l'Italie pour rentrer en Suisse par le col du Simplon. Nous discutons bien, nous faisons connaissance, et Jean Claude nous raconte ses aventures autour du monde...
Arrivés à Brigue, nous cherchons un peu l'auberge de Jeunesse que Marc à réservé. Repas et au lit. Ca ronfle un peu...

En repartant de Kleine Scheidegg, vue du train, peu de temps avant d'entrer dans le tunnel. On devine au col la station scientifique et le "Sphinx", à la base duquel se trouve dans le rocher la gare d'arrivée...

Dimanche 25 avril, montée en train au Jungfraujoch, et descente sur Concordia Hütte

Le téléphérique qu'on devait prendre ne fonctionne pas le dimanche. Du coup, nous laissons les voitures à Gopenstein, et par un grand tour en train, nous arrivons au Jungfraujoch, directement à 3500 m d'altitude. Le trajet est superbe, la montée à Klein Scheiddeg, puis le parcours à l'intérieur de l'Eiger. Arrivé au Jungfraujoch, Mr Delbouille et Melle Roland, mes amis chercheurs qui travaillent à la station scientifique, nous accueillent et nous font faire une petite visite guidée des installations scientifiques, que je retrouve avec émotion...
Mais le temps presse, et nous les quittons déjà pour descendre sur Konkordia Hütte.
Dans la descente en direction de Konkordia.



Arrivée au refuge, splendide belvédère.





La descente se fait rapidement, plus rapidement que prévu. Par contre, les échelles pour rejoindre le refuge perché sur un éperon rocheux sont assez impressionnantes. Nous comptons environ 120 m de dénivellée. Des panneaux indiquent la hauteur du glacier à différentes époques, et en moyenne, son épaisseur diminue de 1m par an !
Au refuge, il y a foule, et nous sommes un peu à l'étroit dans notre dortoir....
Lundi 26 avril, Konkordia Hütte 2850 m, Trugberg, 3880 m, en traversée, et retour sur Konkordia.

Départ au petit matin pour le sommet du Trugberg. Après la descente des échelles, les différents groupes se dispersent sur l'immense glacier, et nous nous trouvons plus ou moins seul sur notre itinéraire. Le temps est splendide, avec cependant un petit vent qui nous garde au frais. Nous atteignons sans trop de peine la base de l'arête, où nous posons nos sacs à l'abri du vent, avant de continuer en crampons en direction de l'arête. Le vent nous gêne un peu, mais nous prenons quand même le temps d'admirer le panorama. Longues discussions sur l'état de l'arête sommitale de la Jungfrau, qui semble en glace à certains et praticable à d'autres...
De retour aux skis, nous redescendons sur l'autre versant par une belle pente. La neige est agréable, et nous prenons le temps de faire de beaux virages. Ensuite Marc et Jean Claude nous font faire un exercice de mouflage dans une crevasse bouchée, puis retour au refuge, et à ses interminables échelles...
Le refuge s'éloigne au fond, pendant que nous remontons lentement le glacier.




Petit matin depuis la cabane Concordia. Le soleil commence à illuminer les sommet. Celui de la Jungfrau est à peu près au centre.





Le panorama depuis le sommet du Trugberg. L'Aletschhorn à gauche, le Mönsh à droite, et plus au fond, à vous de trouver au moins le Cervin et le Weisshorn...




Le matin, vue sur l'abri de la chenillette du refuge. Les nuages montent.



Mardi 27 avril, de Konkordia Hütte à Mönchjoch Hütte.

Comme la veille, réveil, et échelles. Nous remontons le long long glacier en direction du Mönch. Dès que le soleil commence à taper, la chaleur augmente, et notre allure diminue. Finalement, il n'y a pas de volontaire pour faire le sommet de la Jungfrau au passage. Le vent à tourné, et de longs cirrus sont visibles dans le ciel. Nous arrivons au refuge en début d'après midi, toujours sous le soleil, mais la météo se dégrade visiblement. Après le repas, un petit groupe décide de tenter l'ascension du Mönch, à pieds. Je l'ai déjà fait et en garde un très bon souvenir, aussi je décide de ne pas y aller, et à skis, je retourne à la station scientifique de la Jungfraujoch, avec Luc, pour revoir mes amis Luc et Ginette. Nous passons un long moment très agréable ensemble, puis je retrouve Luc et nous retournons au refuge. Finalement, seuls Bernard et Catherine sont parvenus au sommet du Mönch, entre deux passages de nuages. La météo est pessimiste.



Derrière nous l'Aletschorn, et devant nous, la Jungfrau.


Mercredi 28 avril, retour à Nice.
Ce matin confirme ce que la météo annonçait: il fait mauvais. Alors que les choses sérieuses devaient commencer véritablement aujourd'hui, nous voilà dans le brouillard, et avec une période de mauvais temps prévue pour plusieurs jours.
Nous jouons la carte de la prudence, et nous décidons donc d'arrêter là. Il ne nous reste plus qu'à nous laisser glisser jusqu'à la gare de la Jungfraujoch, et de reprendre le train, puis la route, en sens inverse...
Les jours suivants, je vérifierai que nous avons fait le bon choix, les webcams installées au Jungfraujoch confirment que la météo est vraiment détestable...

Par une autre fenètre du refuge, nous voyons aussi arriver les nuages, qui ont caché les montagnes.




Petit matin sur le glacier, pas très loin de Concordia...






Panorama complet du glacier. A gauche, au sud, l'Aletschorn, à droite au nord le Mönsch, puis le sommet de la Jungfrau, plus à gauche.